Compliments et bienveillance, leurs pouvoirs cachés.

Par | 2018-10-10T18:53:04+00:00 30 juillet 2018|Bienveillance et pensée positive|

“ Un compliment sincère et personnel ne coûte rien et son impact sur le destinataire est énorme”

De 2006 à 2016, les chercheurs de trois universités finlandaises ont suivi plusieurs milliers d’enfants en scrutant l’évolution de leurs motivations, de leurs compétences en lecture, en écriture et en mathématiques, pour tenter d’identifier les mécanismes qui les conduisent à avoir confiance en eux et à maintenir leurs objectifs sans se décourager.

Selon les premiers résultats, il ressort de manière criante que l’empathie et une attitude chaleureuse des professeurs seraient bénéfiques pour développer les aptitudes et les résultats des élèves.
À l’inverse, un faible soutien émotionnel générerait passivité et évitement.

Développer la bienveillance en attitude quotidienne : une idée pour demain.

 » Rien ne suscite davantage et plus vite de productivité et d’engagement qu’une appréciation sincère ».Hans Poortvielt

“ Un compliment sincère et personnel ne coûte rien et son impact sur le destinataire est énorme” explique le Hollandais Hans Poortvielt, créateur de la journée mondiale du compliment. Créée en 2003, aux Pays-Bas, dans le but d’être « la journée la plus positive dans le monde ». Il existe également la journée mondiale de la gentillesse, la journée internationale des câlins et même celle de la courtoisie au volant…

Selon Franck Martin, auteur du “ pouvoir des gentils “, ces journées sont un excellent moyen d’éveiller les consciences même si elles paraissent un peu marketing tout comme la Fête des mères ou la Saint-Valentin. Mais, au-delà du mouvement commercial qu’elles soulèvent, ces fêtes mobilisent les gens sur des valeurs primordiales.

Le compliment est très bien classé dans la pyramide de Maslow (classification hiérarchique des besoins humains). Parmi eux : le besoin de s’accomplir, d’estime, d’appartenance, de sécurité et les besoins physiologiques… Le compliment donne du baume au cœur ! C’est un acte très fort, qui renforce la confiance en soi et surtout la confiance dans la relation à l’autre. Celui qui prend le temps de vous complimenter vous démontre qu’il s’intéresse à vous et renforce le lien de confiance entre vous.

Il ne faut pas hésiter à offrir des compliments à ses proches. Le compliment peut être un geste ou une parole tendre, il fait partie du langage du cœur. L’enfant et l’adolescent se construisent par les miroirs successifs des personnes qu’ils rencontrent et qui vont leur renvoyer une image positive ou négative. Un enfant élevé dans le remerciement, dans le réconfort sera un futur adulte construit et confiant.

La gentillesse, la vraie, l’authentique, la profonde, se voit et se vit dans le temps. Elle est tout, sauf une faiblesse qui nous rend fragile, elle est un élan, une force qui va permettre à vos interlocuteurs de s’ouvrir à vous autant que vous vous ouvrez à eux. En prenant ce « risque », si léger, de la rencontre et de la confiance a priori.

Management, et si la bienveillance était la clé ?

J’ai eu l’occasion au cours de ma vie professionnelle de travailler avec un chef d’entreprise qui ne supportait pas de remercier ses employés, toujours derrière chacun d’entre d’eux à rechercher le petit détail. Un jour, il m’a dit: « Pourquoi les complimenter pour leur travail puisqu’ils sont payés pour ça ? ».

C’est exactement le contre-exemple de ce qu’il faut faire. Complimenter et remercier permettent de focaliser les gens sur ce qu’ils font de bien. Quand on souligne leurs bons comportements ou leurs bonnes performances, ils ont envie de faire encore mieux et sont encore plus engagés. Le compliment renforce les gens dans ce qu’ils ont de meilleur.

Le « Praise management » et la culture du compliment en entreprise

Selon une étude réalisée par l’institut BVA, 59 % des salariés se plaignent d’un manque de reconnaissance de leur supérieur. En France, les compliments sonnent souvent faux. Et quand on en reçoit, on se demande ce que cela cache, si c’est intéressé… Les américains, eux, ont bien compris l’intérêt de féliciter les collaborateurs. Ils parlent même de « praise management », ou l’art de louer les efforts d’un individu.

Evidemment, il ne s’agit pas de complimenter un collaborateur sur son physique mais de reconnaître la valeur de son travail. Un besoin vital. Selon la psychanalyste Hélène Vecchiali, interrogé par La Nouvelle République : « Freud disait que quelqu’un d’équilibré travaille « bien » et aime « bien ».

L’amour et le travail sont les deux grandes béquilles de l’être humain. L’un peut aider à compenser l’autre ».

Pour qu’il soit pertinent, un compliment doit donc se rapporter à un travail précis. Un auteur américain qui s’est penché sur le sujet, conseille aux managers de complimenter en face à face, à l’oral et sur l’instant, pas plusieurs jours après le succès, ni devant les collègues. Le compliment s’avère être une récompense facilement distribuable et valorisable et qui booste l’ego et donc le bien-être et l’engagement des salariés.

N’oubliez pas : « Le principe le plus profond de la nature humaine est le besoin impérieux d’être apprécié »… (William James).

PS: « Vous êtes formidable ! »

Laisser un commentaire